Maison Medicale de Palinges – une réalisation Cercle Entreprise

La future maison médicale de Palinges sort de terre

Alors que l’on entend beaucoup parler de désertification médicale, la future maison médicale de Palinges fait office d’exemple de ce que l’on peut faire pour remédier à la situation. Lorsque volonté des uns et bonnes idées des autres se rencontrent…

L’actuelle maison médicale de Palinges, propriété des docteurs Garandeau et Martinon qui l’ont crée dans les années 80, sera mise en vente en septembre 2015. Les médecins qui y exercent ne déménageront pas bien loin puisqu’une nouvelle maison de santé est en train de sortir de terre, devant la salle des fêtes.

Rénover les bâtiments actuels aurait probablement coûté plus cher que d’en construire de nouveaux. Isolation phonique insuffisante, isolation thermique à refaire, tout comme les toilettes pour handicapés ou l’accès au bâtiment, font partie des raisons qui ont poussé les médecins à imaginer un nouveau projet. Cela et surtout, la progression de l’activité du cabinet. Prévue pour deux médecins, elle aurait été désormais trop petite.

Jean-Philippe et Mara Burger, médecins généralistes exerçant à Palinges, ayant à cœur de rester dans la commune, ils ont imaginé une nouvelle maison médicale pour accueillir d’autres confrères et ainsi faire face au départ en retraite du docteur Didier Garandeau qui se profile en septembre 2015.

Profitant du dispositif lnstalleunmedecin.com mis en place par le Conseil général (lire en en- cadré), Joke Panneels, médecin d’origine belge et séduite par la région, exerce désormais à Palinges tandis que Juliette Basset, jeune interne qui sera diplômée en 2015, viendra compléter l’équipe dans quelques mois. Des arrivées d’autant plus facilitées que les Palingeois ont toujours su accueillir les nouveaux médecins à qui ils savent accorder leur confiance.

Maison Medicale 28

Une structure juridique adaptée

Pour concevoir, construire et gérer cette maison médicale, la SCM (Société civile de moyens), créée dans les années 80 par les docteurs Garandeau et Martignon, servira de structure juridique.

cette forme de société, destinée aux professions libérales permet la mise en commun de certains moyens d’exploitation de leur activité afin d’en réduire le coût tout en conservant une totale indépendance de leur activité professionnelle: pas de partage de bénéfice, ni de clientèle commune, mais seulement une contribution aux frais communs (rétributions des deux secrétaires et de la femme de ménage, remboursement de l’emprunt de la maison médicale…).

Une SCI (Société civile immobilière), dont les quatre médecins sont membres à hauteur de 25 % chacun, finance la construction du bâtiment.

 

L’engagement de la commune

 

Pour soutenir ce projet privé, la municipalité a proposé à la SCM un bail à construction grâce auquel la SCM n’a pas été obligée d’acheter le terrain à la commune. Ainsi, la mairie s’engage à financer les aménagements extérieurs et à les entretenir alors que la SCM s’engage à ce que le bâtiment, qui sera propriété de la mairie au bout de soixante-quinze ans, demeure à destination médicale.

Le coût total de la construction se monte à 230 000 €. Une somme que les généralistes rembourseront durant les quinze années à venir.

Palinges compte donc encore une pharmacie, un cabinet médicale qui regroupe quatre médecins et deux infirmières libérales et un kinésithérapeute, Jean-Pascal Pierdon.

Après le départ des Dr Martinon et Garandeau, la moyenne d’âge des médecins palingeois passera de 55 à 34 ans. Ce rajeunissement, combiné au nombre grandissant de médecins, devrait garantir à la population du canton de Palinges, mais aussi des villages environnants, de pouvoir être accueillie et soignée en toute quiétude pour plusieurs années encore… à l’heure où dans d’autres communes du département on compte les généralistes en âge de partir à la retraite.

La future maison médicale

plan maison de soin

Sur une superficie de 165 m2, la future maison médicale comprendra quatre cabinets pour les généralistes, un pour les deux infirmières Corinne Pallot Ménager et Brigitte Rémy, une salle pour les urgences, un accueil et une salle d’attente, le tout accessible aux personnes à mobilité réduite.

Elle sera livrée à la fin de l’été 2015, la société Cercle entreprise s’étant engagée à respecter les délais de livraison et au bon fonctionnement des lieux.

Comme à son habitude, Arnaud Labaune, directeur technique, a privilégié le travail d’artisans locaux, de Paray-le- Monial et de Digoin. Par souci écologique, l’entreprise se fournit en matériaux dans la région également.

Située dans le périmètre de protection des Bâtiments de France, la future maison médicale a dû répondre à certaines exigences des architectes avec lesquels l’entreprise parodienne sait travailler « en bonne intelligence’; selon les termes de Philippe GAY, Directeur Commercial de Cercle ENtreprise.

Découvrez l’avis d’un des médecins à l’origine de ce projet :

 

« Cercle Entreprise a été un véritable partenaire de notre projet. Nous avions des envies et des idées précises de notre futur outil de travail. Cercle Entreprise (CE) a su les rendre concrètes : de l’élaboration des plans, à l’accord de l’architecte des Bâtiments de France, au permis de construire, à la maitrise et au déroulement du chantier.  CE nous a aussi orienté vers le bail à construction : une solution « gagnant-gagnant » avec la mairie. Cela nous a permis de respecter notre budget, et ainsi de réaliser notre projet. D’autant que nous avions signé un prix global, fixe quoi qu’il arrive : pas de mauvaise surprise, plus de simplicité avec la banque.

Désormais dans notre cabinet médical, nous sommes HEUREUX. Un grand MERCI à Cercle Entreprise. »

Comments are closed.